Articles

Affichage des articles du octobre, 2014

Choisir son psy

Image
Un lundi après-midi chez l'épicier...

L'épicier : "Avant je n'ouvrais pas le lundi mais pour certains clients c'est plus pratique. C'est votre jour de repos?
Le psychologue démuni : - Disons qu'en ce moment, c'est plutôt calme question travail. Quel euphémisme!
L'épicier : - Parce que vous travaillez dans quoi?
Le psychologue démuni : En fait, je suis psy...
L'épicier : ... Ah! Et vous ne pouvez pas ouvrir un cabinet?
Le psychologue démuni : Disons que ça ne s'y prête pas en ce moment...
L'épicier : ... Ma fille, elle va voir une de vos collègues à Petaouchnok. Au village aussi y a des psys? Ah moins que ce ne soient des orthophonistes.
Le psychologue démuni : La prochaine fois, je dis que je vends des charentaises...
L'épicier : A mon époque, on n'allait tous mal mais personne ne voyait de psys, je ne sais pas ce que vous en pensez, vous.
Le psychologue démuni : Faut croire que les temps changent..." Mais les mentalités re…

Concourir sa place de psychologue?

Image
A vos marques, prêts,...


Une salle d'examen bien remplie dans un décor soviétique, des mines qui se crispent, de la sueur qui ruisselle des méninges : sensations garanties!

De nombreuses questions se posent à la lecture des avis de concours publiés ces temps-ci, tâchons d'y voir plus clair.

La fonction publique se répartit selon trois grands ensembles : la fonction publique d'Etat, la fonction publique territoriale et la fonction publique hospitalière. Au sein de chacune d'elle, sont organisés de temps à autre des concours pour des métiers variés (allant de l'ingénieur de recherche à l'agent magasinier des bibliothèques) et selon trois catégories (A, B et C). En ce qui nous concerne, "psychologue" fait partie de la catégorie A (c'est-à-dire nécessitant d'avoir 3 ans d'étude après le bac, voire plus, pour s'y inscrire).
Au ministère de la justice, il existe également un concours pour les psychologues de la protection judiciaire de la j…

Créer une électroconvulsivothérapie, ou pas

Image
ça faisait maintenant plusieurs jours qu'il n'y avait plus aucune offre de psychologue dans toute la région. Toujours la même rengaine. J'interrogeais Soeur Anne quant à l'apparition d'annonces et elle de me répondre inlassablement : "Je ne vois rien que le soleil qui poudroie, et l'herbe qui verdoie." J'allais bientôt finir la tête tranchée...
Un mauvais rêve, voilà tout. Avoir le temps ça fait gamberger. Y a comme beaucoup d'énergie libre sans destins... La pulsion, c'est comme tout, il lui faut un but. Quand on a du temps, on compte. 43 courriers, 10 réponses, 2 entretiens, 1 rendez-vous pôle-emploi. 60 secondes font 1 minute, on va bientôt changer d'heure. 79 touches sur ce clavier pour une infinité de possibilités.
ça donne à réfléchir. Ainsi, je m'étonne souvent des expressions populaires à connotation psy. Du type : "la psychose", "être schizophrène", "paranoïa ambiante", "créer un électro…

De quelle psychologie la semaine pour l'emploi est-elle le nom?

Image
Vous qui êtes au chômage, vous avez probablement fait attention à la particularité de cette semaine, dite "pour l'emploi". Sinon, vous êtes peut-être en vacances, loin des préoccupations mineures liées à la recherche de ce fameux sésame... C'est mal de profiter des allocations, cependant, en tant que psychologue démuni, mon éthique m'interdit tout jugement...
Il est amusant dans un premier temps de remarquer que les sites Internet des localités relayant les événements ne se pressent pas pour mentionner les exposants. De quelle force dissuasive s'agit-il?

Pour m'en faire une idée, j'ai donc décidé de tester pour vous un forum de l'emploi, en milieu périurbain, s'il en est.
Pôle emploi est de la manoeuvre et prévient ainsi par courriel ou courrier ses "ressortissants". Faut qu'on soit nombreux, ça fait plus sérieux ; voilà en gros le message en guise d'ordre de bataille. Il est vrai que la proposition de (re)trouver un emploi …

Et si on s'installait en libéral?...

Image
... Pour ainsi pouvoir nous rouler dans l'herbe, une paquerette dans la bouche...

En voilà un programme! Le bonheur en perspective, l'utopie en définitive, à l'instar d'un doux rêve bleu, très floral. Il faut dire que les semaines s'enchainent et se ressemblent. Un titre me viendrait presque pour résumer ces moments passés à scruter annonces après annonces, l'étendu du vide sidéral proposé : "Rien ne s'oppose à l'ennui". Délicate reprise d'un autre livre un peu plus célèbre encore... N'est-ce pas?... 


L'utopie, c'est d'abord un néologisme proposé par Thomas More en 1516 à partir de "Topos", "lieu" en Grec et qui signifie littéralement "non lieu". En langage psychanalytique, on parlerait davantage de la représentation d'une réalité idéale, sans défaut.
Mais alors pourquoi ouvrir un cabinet s'apparente-t-il à une utopie? Et bien déjà, je peux affirmer que le rêve est permis mais la propos…