Corroborer chaque jour un peu plus la loi de Murphy

Tout le monde connait ou croit connaître la loi de Murphy. Vous savez bien, ce théorème majeur qui s'énonce à peu près de cette manière : "Tout ce qui peut mal tourner va mal tourner." C'est ce qui représente d'ailleurs la loi dite de "l'emmerdement maximum". LEM

Si vous souhaitez en savoir plus sur la LEM, je vous renvoie vers ce site au gentil charme désuet, dans lequel j'ai puisé un peu de mon inspiration : http://www.coindeweb.net/



La question du jour est alors la suivante : peut-on supposer une loi réciproque ou corollaire (positive) à ce premier enseignement? Une loi qui s'appliquerait dans notre champ, la psychologie et plus précisément sa recherche d'emploi.

Evidemment, comme la précédente, cette autre loi ne pourrait être qu'empirique et ne se vérifier que dans son expérience quotidienne.

Souvent, à vous, psychologues démunis, les différents conseilleurs adressent ce type de lieux communs : "tu verras, c'est quand tu n'auras plus besoin de chercher de travail que les employeurs se presseront pour t'en proposer."

... Shit!

Que penser alors quand un établissement vous promet un poste tandis qu'un autre vous envoie simultanément un e-mail pour vous convoquer à un nouvel entretien?
Laps de temps minimal... Réflexion biaisée... Ecartèlement psychique.

Pleine d'ironie que cette recherche d'emploi, voilà qui est sûr. Jouant avec nos nerfs les mois de disette, quand le désespoir grandit en nous comme un désert, ou au contraire, nous abreuvant d'offres alléchantes jusqu'à épuisement gastrique, avant que la réalité du néant nous rattrape... Ainsi de suite, les sinusoïdales de l'accomplissement professionnel s'élèvent puis chutent, inévitablement.

... Sauf quand vient enfin la lumière! Un premier poste tant convoité se profile, avec ses imperfections, forcément. Reste qu'après de longs mois passés dans la nuit polaire, la perspective d'une possible clarté rime avec volupté!

Un jour, un téléphone qui vibre, sur le retour d'un entretien fructueux...
La voix : "Après examen de votre candidature, nous souhaiterions vous rencontrer pour faire plus amples connaissances. Êtes-vous toujours disponible?
Le psychologue démuni : hésisant - heu, oui..."

A croire que rien n'arrive jamais seul. J'ai comme l'impression que ce parcours d'embauche, semé d'embuches, se rapporte à la même métaphore que Louis Althusser utilise pour parler de la cure psychanalytique. Une benne emplie de sable laisse d'abord échapper quelques grains, puis les vérins, une fois soulevés, ce sont des pans entiers qui se répandent au sol, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien. Alors, la cure se termine, alors la recherche s'arrête... momentanément.

Le corollaire de la loi de Murphy s'appliquant serait alors celui-là : "Rien qui ne survient, ne survient vraiment seul". Le positif, c'est du négatif inversé.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'entretien collectif à Pôle Emploi, tout un programme

Et si on s'installait en libéral?...

La fameuse lettre de motivation